• aux echos d'alger
  • aux echos d'alger
  • aux echos d'alger
  • aux echos d'alger
  • aux echos d'alger
  • aux echos d'alger

EDITORIAL N°144


Le 1er trimestre 2019 ressemble au dernier trimestre 2018… et à ceux qui les ont précédés.

Lot d’incertitudes, de mensonges, d’intérêts, de petites phrases assassines, de repentance, de coulpe battue… tout y est pour que le moral soit en baisse !

Quand se rajoutent :

Le pouvoir d’achat qui diminue pour nous, mais qui remplit les caisses de l’Etat, des industriels, des sociétés étrangères (car nous achetons à l’étranger, alors que les terres et les élevages français ont été mis en « jachères »!), en mettant sur la « paille » les exploitants ou éleveurs français,

Les conseils alimentaires sur le choix et la qualité de ce que nous mangeons : bio très en vogue, mais à quel prix ! Traditionnel bourré de pesticides, que l’on confirme aujourd’hui après des décennies de rentabilité…

L’écologie alors qu’ils ont misé sur une société de consommation. Il aurait été de bon ton d’allier à la sanction, éducation, respect et civisme, peut-être que la planète serait moins abîmée !

Les prélèvements sur nos maigres retraites pour combler la dette (pour les distribuer à d’autres), CSG – TVA, … impôts à venir sur les cabanes de jardin (!), …

Les sociétés qui s’expatrient pour gagner plus d’argent, en payant moins les employés dans le pays où elles s’installent, et qui augmentent le nombre de chômeurs en France, avec le lot de misère qui s’ensuit,

Les propos et actions racistes (où tout le monde se mobilise, politiques et médias en tête),

Les églises ou écoles catholiques profanées, souillées, des prêtres agressés (dont on ne parle pas !), mais l’on étale bien sûr, les actes de pédophilie ou autres travers pour dénigrer cette religion. A croire qu’elle est la seule à commettre des excès… Il n'y a qu'à constater « Balance ton porc »

Le port du voile, comparé, par un certain député, au serre-tête. Il aurait du dire, pour le serre-tête : porté par les filles « libres » mais pas spécialement chrétiennes. Comment tenir de tels propos au nom de la laïcité ?

Le grand débat parcourt la France. Il s’est arrêté à Marseille, dans une mosquée ??? Comment mêler lieu de culte et action politique ?

La séparation de l’Eglise et de l’Etat ne serait que dans un sens ?

Sûrement, car nous n’avons aucune loi qui nous protège ou nous défende. Nous devons tout accepter : le racisme anti-blanc, l’interdiction du scoutisme dans certaines villes, le blasphème sur les chrétiens, …

Encore une autre surprise : « Victoires de la Musique » sur France 2 ce 8 février, attribuées à Camélia Jordana pour son album « Musiques du monde », chantées 2/3 en arabe, 1/3 en français, dans lequel la France, l’Armée Française sont bafouées. Petite-fille d’un responsable FLN, pourquoi ne fait-elle pas carrière en Algérie ?

« Nous recevons une gifle, mais nous tendons l’autre joue ?». Jusqu’au irons-nous ?

Dans l’un de ses sketches, Philippe CLAIR de la Famille HERNANDEZ, disait :

« Aujourd’hui, nous sommes au bord de l’abîme, mais demain, nous ferons un grand pas en avant… »

C’est tout à fait ce que nous vivons.

Heureusement le président reste droit dans ses bottes, il est à toute épreuve, donnant des leçons à droite et à gauche, en s’adressant aux grands pays ; propos confirmés par ses soldats et les journalistes à sa botte …

Gilets jaunes, manifestations de rue, … qu’à cela ne tienne, « J’ai le pouvoir. J’emploie la force, l’Armée d’abord pour protéger le Palais de l’Elysée (!) et à l’occasion – surtout - me protéger MOI. Mais je ne bouge pas ! Du balai – ou des tirs de flash-ball, pour les « sans-dents » (dixit son prédécesseur).

Aurait-il des racines monarchiques, le président ?

En tout cas, il se comporte en roi tout-puissant

« Un homme qui ne retourne pas sur ses racines est un homme perdu ».

Mais l’on nous reproche, à nous Français d’Algérie d’être tournés sur Notre Histoire, sur nos racines… et malgré tout, nous sommes perdus dans cette France qui veut justement effacer Notre Histoire.

Amis, gardons le moral !

Francette MENDOZA